Enfants-Temples-Angkor-Cambodge-Asie-

Préparer un peu votre voyage est tout de même un conseil qui semble évident. Généralement vous n’aurez aucune difficulté à vous loger au jour le jour. Attention aux « peak season » que sont noël et jour de l’an occidentaux, le jour de l’an Chinois (en février) et très souvent la fête nationale du pays (leur jour de l’an) qui est souvent en avril. En dehors de ces périodes d’affluence, vous trouverez sur le net des milliers d’offres en tout genre.

Ne donnez jamais d’argent aux enfants. Ne leur achetez rien, ni carte postale, ni bracelets, ni souvenir quelconque. Ces enfants viennent mendier car c’est une source non négligeable de revenus, pour faire vivre toute la famille. Quand les parents s’aperçoivent à quel point cela peut être lucratif, tous les enfants sont enrôlés pour la mendicité au lieu d’aller à l’école. Ce qui signifie une impossibilité d’éducation pour ces enfants, dont l’avenir est dès lors scellé.

Mais d’autre part cela signifie un appauvrissement généralisé du pays, qui doit déjà surmonter les difficultés liées à la guerre qu’ils ont traversé. Si les jeunes générations n’amènent pas de professeurs, de docteurs d’avocats, même 2 générations n’y suffiront pas.

Visa et passage des frontières

Vous pourrez faire faire votre visa à l’arrivée, c’est garanti 100%.
Sans aucune difficulté si vous arrivez par les airs. On vous remettra les formulaires à remplir dans l’avion, vous vous présenterez à un 1er guichet pour l’obtention du visa (30$ à payer en $), puis à un second guichet où vous passerez effectivement l’immigration en mettrez le pieds au Cambodge.
Pour les frontières terrestres, cela peut être un peu plus sport, les fonctionnaires aimant bien surtaxer pour leurs petits frais. Cela peut être juste 1 ou 2$, voire jusqu’à 5$ si vous tombez sur un officier particulièrement zélé. A vous de voir. Le temps c’est de l’argent : soit vous payez de suite et passez de suite, soit vous attendez toute la journée, ils vous laisseront passer sans payer la surtaxe, mais vous attendrez longtemps.
Sinon vous avez la possibilité de faire le visa avant votre départ auprès de l’ambassade (http://www.ambcambodgeparis.info)

Soit par internet Evisa (Evisa non accepté aux frontières terrestres de : Pailin, O Smach, Dong Kralor (frontière terrestre avec le Laos))

Monnaie et change
Le RIEL est la monnaie nationale. Mais le US Dollar est également accepté sur tout le territoire et les prix sont généralement affichés (quand ils sont affichés ce qui est très rare) en Dollar. Le taux de change est relativement stable : 1USD=4000 Riels (environ). Attention : les billets imprimés avant 1990 ne sont pas acceptés au Cambodge et leur valeur diminue si le billet est déchiré ou écorné ou graffité ou plié. Dans le cas d’un paiement en Dollar, la monnaie vous sera rendue en Riel.
L’Euro et d’autres devises étrangères sont facilement changeables dans les aéroports et les marchés.
Les cartes de crédit sont maintenant largement utilisées dans les villes touristiques (Siem Reap, Phnom Penh et Sihanoukville) et vous pourrez retirer des Dollars, mais beaucoup moins dès sorti de ces villes.

Les chèques de voyage (traveller check) ne pourront être changés qu’à Phnom Penh et Siem Reap, dans certaines banques dont la Banque d’Etat, et uniquement libellés en US$.

Infos diverses

Le courant est du 220v et les socles acceptent les prises françaises. Il y a de nombreuses coupures de courant.
L’heure locale est à +5h en été et +6h en hiver (lorsqu’il est 10h en France, il est 15 ou 16h au Cambodge). La nuit tombe très vite et très tôt, entre 17 et 18h, ce qui explique les horaires de repas légèrement décalés par rapport à l’occident.
Installez sur votre téléphone les applications suivantes : Grab pour les taxis, PassApp pour les tuktuks, Maps.Me carte hors ligne.
Vous trouverez du wifi quasi partout. Si vous désirez une carte sim, je vous recommande Smart (1 ou 2$ la carte) soit dans une boutique smart, soit dans n’importe quelle boutique en bord de route. Charger 10$, activez de suite l’option data en tapant *1333# (333$ de datas pour 1$ durée 1 semaine) et vous aurez plus que nécessaire pour 1 mois environ (appel en France 4c la min)

Valise ou sac ?

Pour les aéroports, les valises à roulettes sont un plus.
Si vous pensez partir un peu sans savoir où vous allez, et aurez donc à marcher du bus à l’hôtel, le sac est plus facile à transporter bien sûr.
En transport en commun, gardez un petit sac avec vous, où vous mettrez ce qui a de la valeur, votre gros bagage étant en soute et toujours susceptible d’être « visité ».

Pour ce qui est de l’hygiène, vous trouverez absolument tout le nécessaire partout, même au fin fonds de la campagne.

Prenez des vêtements légers bien sûr. Pensez à des manches longues (bras et jambes) pour visiter les lieux religieux et vous protéger des moustiques au crépuscule. Un bas de survêtement et un sweat ou un gilet suffiront amplement si vous tombez sur une période fraiche. Vous pourrez acheter local une fois sur place pour un tarif imbattable.
Et vous trouverez des « laundry » partout. Pour 1$ le kilo, vous pourrez faire laver et repasser votre linge en 24h, avec un résultat allant de très bien à catastrophique.

Prévoyez également des chaussures légères, toujours à cause de la chaleur. Et à enfiler facilement, car vous aurez à les enlever partout où vous entrerez. A moins d’un trek d’une semaine complète, des chaussures de marche légère ou une paire de chaussure de sport, seront suffisantes pour les visites. En gardant à l’esprit qu’il vaut mieux parfois se balader en tong les pieds à l’air plutôt qu’en surchauffe dans une chaussure fermée.

La météo

Il y a 2 saisons : la saison sèche et la saison des pluies.
La saison sèche va de fin octobre à mi-mai, la saison des pluies va de mi-mai à fin octobre.
La saison sèche est sèche, ce qui veut dire qu’après la dernière pluie fin octobre, il n’y aura plus une goutte d’eau qui tombe du ciel jusqu’à la prochaine saison des pluies courant mai. Le début de la saison est très agréable (nov, dec, janv et fev) car la végétation est encore verte, et le lac haut. C’est l’hiver également, et les températures plus agréables (env 25°c). Il peut y avoir un épisode froid en janvier (15°c). A partir du printemps (mars), les températures augmentent jusqu’à devenir infernales en mai (40°c tous les jours et les nuits aussi). La végétation est brulée, et il y a beaucoup de poussière. Il fait tellement chaud que des orages éclatent en fin de journée, et c’est la nouvelle saison des pluies.

La saison des pluies démarre donc doucement en mai, disons 1 orage par semaine, de quelques minutes. Puis ça va en augmentant en faisant baisser les températures. Jusqu’en juillet ça n’impactera absolument pas votre voyage, quelques orages dans la semaine, plutôt courts, souvent en fin de journée ou la nuit. A partir d’août, ces orages deviennent plus longs et plus fréquents. Je déconseille le bord de mer à partir de ce moment. Septembre et octobre voient le plus fort des pluies, qui ne durent jamais plus de quelques heures, mais qui peuvent se répéter plusieurs fois par jour, et qui entrainent souvent des inondations.
Puis en l’espace d’une semaine, fin octobre, début novembre, les pluies s’espacent et s’arrêtent jusqu’à l’année suivante.

A propos de la circulation

Je dirais une seule solution : le tuk-tuk, car je vais aborder un point crucial : la circulation.
Le code de la route ici n’existe pas, pas plus que le permis de conduire d’ailleurs, ni les assurances non plus … la conduite de scooter, même si vous en trouvez, est interdite par des personnes n’ayant pas le permis cambodgien (bien que comme je viens de le dire pas 1 cambodgien sur 10 ne l’ait) autrement dit : Vous.
Devinez quel est le sport national de la police ici ? Repérez les voyageurs, et les arrêter pour leur taxer 20$ (un scoot se loue env 7$ la journée) en faisant bien cliquer les menottes qu’ils vous agiteront sous le nez. Pour info, l’amande « légale » est de 5000riels soit 1,25$, mais il vous faudra négocier ferme avant d’y arriver. Et autant de fois qu’ils vous arrêteront dans la même journée. Vous comprendrez assez rapidement : ils sont toujours aux mêmes endroits.

Et ça n’est rien comparé à la façon de conduire locale : en fait l’épreuve de téléphoner en conduisant est obligatoire. Le record que j’ai enregistré est celui d’une fille qui conduisait son scoot en téléphonant, mangeant et buvant en même temps ! Vous vous demandez comment c’est possible ? Très simple elle était assise en amazone !
Les feux tricolores ne sont qu’indicatif ici. Les sens uniques ou sens interdits ne sont en fait que des rues empruntées à 50% dans le même sens. Un ami disait très justement que pour pouvoir se déplacer ici il faut d’abord maitriser les lois de la balistique. Rouler en contre sens, remonter la 4eme voie sur le terre-plein de gauche, couper systématiquement tous les virages, ou doubler en triple file surtout quand il y a de la circulation en sens inverse sont des choses on ne peut plus banales.
Moins réjouissant sont les chauffeurs de bus qui s’échappent en courant après avoir accidenté leurs passagers car ils n’ont pas de permis évidement et leur compagnie n’est pas assurée. Ou bien ces proprios de Hummer qui foncent à tombeau ouvert, expression qui prend tout son sens ici.
Heureusement dans l’ensemble ils conduisent doucement, très doucement, ça évite les accidents de face.
Vous avez une course à faire ? Décalez-vous d’une dizaine de centimètres vers la droite et arrêtez-vous en plein milieu, aucun problème personne ne vous dira rien. Autre habitude ici, se garer devant la porte, le plus près possible, voire carrément à l’intérieur si possible ! aucun problème ! vous bloquez complétement le passage, vous empêchez les autres qui se sont garés ici de sortir ? Ce n’est pas grave, tout le monde le fait.
Une dernière règle : interdiction de conduire la nuit. Ça n’a rien d’illégal, juste un conseil nocturne à défaut d’être éclairé.
Quoi qu’il en soit, il est désagréable de se balader à pieds : pas de trottoir ou bien encombré de voitures et de scooters, vous ne pourrez jamais marcher à 2 de front sans risquer votre vie sur des trottoirs ou des chaussées défoncés et sous un soleil de plomb. Au bout de quelques jours, vous ne ferez plus 25m à pieds dans la journée, et vous engueulerez votre chauffeur s’il ne se gare pas pile poil devant la porte !
Paramètre à prendre en compte pour le choix de votre hôtel, en fait l’emplacement compte peu, dans tous les cas vous aurez à prendre un transport pour vous déplacer, alors 5min ou 10min ne feront guère de différence.

Comment négocier vos prix

Très compliqué … très compliqué de savoir quand négocier ou pas. Alors au night-market évidemment ! Pour vous donner une idée : ma femme vient de me dire à l’instant qu’elle vient d’acheter une parure de draps (bon ce n’est pas des Descamps non plus) qu’on trouve à 25$ pour les touristes, qu’on a l’habitude de payer 15, elle vient de l’acheter à 8 … Ça donne une bonne base : quand vous discutez comme un mort de faim et que vous sortez vainqueur avec une remise de 50%, ben en fait c’est encore le double du prix normal. Le prix annoncé est donc 4 fois le prix normal. Ma technique : je commence directement à 25% du prix et je négocie à 50%. Je paie le double mais ça prend quelques secondes. J’ai compris à quelle sauce on nous mangeait le jour où j’ai demandé à une copine cambodgienne combien elle venait d’acheter sa chemise et le petit gilet fin façon cachemire qu’elle portait. Dites un prix ? 3000riels soit 0,75$ . Oui, les 2 …

Un pack d’eau par exemple 2500riels les 12 bouteilles. Canette de sodas fraiche : 2000riels . Sucre de canne (boisson courante ici et très rafraichissante avec du citron) 1000 ou 2000riels . Une cuisse de poulet en street-food 1,5$ . Une soupe 2$ .
Alors dans les restaurants non on ne négocie pas ! Voila la difficulté, c’est de savoir quand est ce qu’on est pris pour un pigeon . Et il n’y a pas vraiment de technique. Quand vous discutez avec un vendeur, tous les autres autour vous épient, si ça échoue c’est mort pour vous, plus qu’à changer de coté du marché, aucun ne baissera plus le prix. On dit souvent qu’il suffit de s’en aller et que le vendeur vous rappellera s’il peut baisser encore, c’est faux. Il ne baissera jamais en dessous du double, bien trop fier pour ça. Il y a un seul moment où là vraiment vous pouvez obtenir un bon prix sans y passer 1 heure : c’est si vous êtes le premier client de la journée. Ils sont très superstitieux et si vous n’achetez rien c’est un mauvais signe pour eux. Mais encore une fois pas évident de bien s’en rendre compte : l’heure, et le fait qu’il baisse trop vite le prix.
1 litre d’essence 3500riels. 1 croissant 1$. 1 kg de mangue 1$, de raisin 8-10, de cerises 20. Un repas complet pour 3 ou 4 personnes dans les cabanes façon bungalows qu’on trouve à la campagne 10$.